Chronique : La plaine du Kantô Vol.3

http://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/la-plaine-du-kanto-manga-volume-3-simple-46587.jpgType : Seinen
Auteurs :  Kazuo KAMIMURA

Editeur : Kana
Prix de vente : 18€
Nombre de tomes France : 3 (terminé)
Nombre de tomes Japon :  3 (terminé)
Date de parution : 1 juillet 2011

 

Pitch :

 

Le 15 août 1945, un avion de l’US Air Force s’écrase dans un champ de la région de Chiba, tandis que des paysans armés de bambous s’apprêtent à lyncher le pilote rescapé. C’est ainsi que s’ouvre, le jour même de la capitulation du Japon, le grand roman d’apprentissage de Kinta, jeune garçon élevé par son grand-père écrivain après la mort de sa mère. À travers lui, sa découverte de la sexualité, des affres de la vie et de la bassesse des sentiments humains, c’est aussi le Japon de l’immédiat après-guerre qui est dépeint dans ses mutations rapides et sa confrontation directe à l’Occident. Comment ne pas voir, dans la vocation de cet enfant pour le dessin et sa fascination pour une sexualité parfois trouble, une grande œuvre autobiographique qui retrace avec une tendresse amère une vie à inventer dans un monde bouleversé ?


Chronique :

 

Dernier tome du récit le plus autobiographique de Kazuo Kamimura (auteur de Lady Snowblood, le Fleuve Shinano et autres titres Kana / Sensei), ce tome conclut les 25 premières années de cet auteur majeur de l’époque.

Les récits de Kamimura ont toujours été assez étranges, violents et explicitement sexuels. Celui-ci ne déroge pas à la règle, et le vécu du narrateur est parfois surprenant voire dérangeant, tout du moins pour un lecteur occidental. Pourtant, le récit est manifestement directement tiré de son enfance, ce qui lui confirme une absence de gratuité totale dans ledit récit.
On assiste donc ici aux premières années de l’adulte qu’est devenu le narrateur, jusqu’à une conclusion judicieuse et délicate, mélancolique comme le reste de l’œuvre et présentant une parabole cyclique fort bienvenue vers la fin.. Le découpage est très efficace, souvent poétique, et le récit passionne et se suit d’une fort belle manière, sans que le tout soit pour autant spécialement trépidant.

Le trait joue pour beaucoup dans la fluidité de lecture. Il accompagne une mise en page exemplaire, plus aérée qu’à l’accoutumée avec cet auteur, permettant de très belles doubles pages et de nombreux paysages très détaillés. On sent que cette œuvre a compté pour son auteur, et le témoignage présenté a d’autant, de fait, de valeur aujourd’hui.. Le graphisme si particulier de l’auteur habille donc fort bien le récit, qui plus est avec une grande sensualité.

Une œuvre fort, phare dans le répertoire de cet auteur incontournable du genre gekiga. Fortement autobiographique, il s’agit d’un témoignage d’une époque bien particulière du Japon (post 2nde Guerre Mondiale), nous permettant de suivre une vie atypique, surprenante, tourmentée, mais ô combien intéressante. Une excellente introduction a l'univers de Kamimura, permettant de mieux comprendre l'ensemble de son œuvre. Définitivement incontournable pour tout lecteur avide de mangas sortant des sentiers battus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Equipage en place depuis 2011  -  Hébergé par Overblog